Terroriser les terroristes…

« Il Faut terroriser les terroristes »

C’est ce que clamait en 1986 Charles Pasqua, alors ministre de l’intérieur sous la présidence de  Mitterrand et dans le gouvernement de J.Chirac.
Il semblerait que ce soit également l’idée de Sérgio Cabral Filho, actuel gouverneur de l’État de Rio de Janeiro et membre du Partido do Movimento Democrático Brasileiro, classé au centre (mais bien à droite en fait), lorsque celui-ci prit la décision  Mercredi 24 Novembre d’envoyer les unités blindées (les tanks, les chars, comme vous préférez) dans le but de chasser les méchants terroristes des favelas du nord de Rio de Janeiro. L’action n’aurait néanmoins pas eu lieu sans l’aval de la présidente fraichement élue du Partido dos Trabalhadores, Dilma Roussef.

Bilan de l’opération : 30 morts.

source : lemonde.fr

Loin de moi l’idée d’excuser le climat de violence urbaine et de quasi guerre civile qui peut régner aujourd’hui dans certaines des favelas de Rio de Janeiro et des grandes villes brésiliennes plus largement. Mais avant de commenter l’envoi de la cavalerie, peut-être serait il intéressant de savoir comment de telles zones de non-droit, où l’État a complétement démissionné de ses fonctions, ont pu apparaître et devenir si puissante.

Pour cela, rien de tel qu’un petit magazine « Manière de Voir », supplément d’Octobre du Monde Diplo spécial Brésil,  un bouquin : Raizes do Brasil (Racines du Brésil) de Sergio Buarque de Holanda, un film: Citade De Deus (La Cité de Dieu) de Fernando Meirelles, et en fond sonore, tribunal de Rua de O’Rappa…

à suivre…