La revanche de Shylock

« Why? Aren’t we human ? Have we not eyes? Have we not hands, organs, senses, dimensions, affections, passions? Fed with the same food, hurt with the same weapons, subject to the same diseases, healed by the same means, cooled and warmed by the same winter and summer? If you prick us, do we not bleed? If you tickle us, do we not laugh? If you poison us, do we not die? And If you wrong us, shall we not revenge?! »

Extrait de To Be or Not to Be (1942).

Comme c’est difficile. Entendre parler de son pays et de son peuple de telle sorte. Un pays de raciste anti-européen, où les immigrés ont la vie dure, un pays où droite et gauche corrompu où le chômage frappe toujours. Voir jusqu’au plus dur, de ceux qui ne lâchent rien, partir en larmes, dépités, ajoute une couche dramatique qui ne me laisse pas insensible.

Après l’émotion, on se dit que tout de même, ce n’est pas si grave, il faut relativiser quelque peu. On parle de l’élection des membres du parlement européen, qui n’a que trop peu d’initiative législative. Le pouvoir de l’Union Européenne, c’est la commission. Á tel point que les « candidats » à cette commission, issus des parti du parlement doivent mettre en garde les chefs d’États contre des tentatives de putsch.

La deuxième raison, c’est que le résultat est plutôt prévisible. Une droite corrompue, une mouvance sociale-démocrate qui se droitiste depuis Schroeder en Allemagne ou Blair en Angleterre, voici Hollande en France. Sauf que les gens en ont assez et leur crachent leur mépris au visage. Et ils ont bien raison. J’aurais aimé que la gauche radicale soit plus à la mode. Mais, elle reste inaudible et discréditée. Si conservateurs, libéraux et sociaux-démocrates laissent monter sans cligner de l’œil, c’est aussi parce qu’ils pensent que ces partis n’arriveront pas à leur fin, qu’on leur opposera un front républicain pour « faire barrage à l’extrême droite ». C’est sans compter sur le dégoût et la colère des gens. Jamais plus je ne voterai pour ceux-là.

Mais alors que veulent-ils ? Avec leurs politiques d’austérité ? Qui plongent les gens dans une misère impensable, comme en Grèce, où on atteint le triplement des dépressions, le doublement du chômage…

On ne sait plus si c’est l’oligarchie européenne qui menace, ou les fascistes… La dette et l’immigration. Les deux en vérité, marchent main dans la main. La nouvelle dialectique du capital.

Ce qui est sur, c’est que nous aurons notre revanche ! La France est toujours un grand pays, une puissance, active et jeune, pleine de talents et de ressource. Donc camarade : La lutte continue !

Publicités

À propos de Antoine

Professeur de français / Traducteur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s